Le sens de l'action

« Et pourquoi ? » : la question n’est pas nouvelle mais la « génération Y » l’a portée au niveau d’un must, préalable à tout engagement. Et c’est tant mieux : la complexité et la faible prédictibilité de l’avenir nous ont détachés d’un monde uniquement quadrillé par des procédures et des consignes managériales. Désormais, il faut aussi compter avec le flou et l’inattendu et y mettre un peu de son intelligence. Mission impossible si le sens de l’action n’est pas clair. 

Le sens de l’action s’affiche verticalement : il a un « haut » et il a un « bas ». Vers le sommet s’affichent vision, missions, finalités, ambition, positionnement, stratégie, valeurs... Et à la base : procédures, méthodes, consignes, objectifs et toutes les contraintes réglementaires qu’une société de contrôle multiplie à l’envie depuis que l’individualisme prospère. Donner du sens à l’action consiste à tisser des liens en permanence entre ce haut et ce bas. Car entre les deux s’installe l’action individuelle, colorée par les attentes que l’on projette sur le collaborateur d’aujourd’hui : engagé, autonome, force de proposition, coopératif, responsable...

"Savoir donner du sens est une compétence managériale exigée dès le premier niveau, celui du Manager de proximité..."

Ce n’est pas une vertu innée, cela s’apprend, comme tout le reste. Et cela s’exprime tous les jours : dans la présentation d’une consigne, d’un objectif, dans un recadrage, une félicitation, une délégation, la résolution d’un problème, un arbitrage...