Le recul sur soi

Nous avons pris cette habitude de dire « perception de soi » ou « recul sur soi » plutôt que « connaissance de soi ». On pourrait y voir un brin d’humilité qui, s’il était vrai, nous donnerait encore quelques légitimes raisons de nous rengorger. Mais ce n’est pas cela…

Nous voulons souligner notre attachement à une vision de soi non-normative et évolutive, que nous portons comme un credo. Car une personne se conforme rarement à l’image d’un « Moi » unique, cohérent et stable. Nous en avons suivi de près quelques centaines : aucune n’a eu la délicatesse de figer ses comportements pour coïncider exactement à l’inventaire de personnalité qu’on tentait de lui épingler...

Des inventaires, nous en utilisons cependant. Mais nous aimons les multiplier et les croiser, comme différents filets que l’on jette sur un même relief, celui des prédispositions de fond et des schémas mentaux récurrents. Et nous les complétons surtout par le vécu factuel de la personne en situation de travail, ici et maintenant.

"Installer une instance d’auto-observation et développer une gouvernance de soi plus lucide et plus nuancée, progressivement émancipée des vieux comportements-réflexes…"

Et c’est par une vision dynamique de soi, en action et en mouvement, que nous avons pu aider les cadres que nous accompagnons à redynamiser leur carrière ou à développer de nouveaux registres comportementaux. C’est ainsi que petit à petit, nous les aidons à installer une instance d’auto-observation et à développer une gouvernance de soi plus lucide et plus nuancée, progressivement émancipée des vieux comportements-réflexes et des réactions épidermiques et obsolètes.